Partager

Que faire quand on n'aime pas son travail ?

Vous avez mal au ventre tous les dimanches soirs, votre première pensée en entendant le réveil les lundis est un juron et vous avez l'impression d'être puni en allant au boulot ? Aïe aïe aïe, le diagnostic est infaillible : vous détestez votre travail. C'est grave, docteur ?! Tout dépend du degré, mais rassurez-vous, il existe des remèdes :

1. Râlez, gémissez, extériorisez, mais surtout pas n'importe où et avec n’importe qui !

Les réseaux sociaux débordent de complaintes sur le thème "boulot de m****", c'est pourtant loin d'être le lieu idéal pour s'épancher ! Figurez-vous que votre patron aussi surfe sur le net. Vous pensez que votre boulot est pourri ? Attendez de voir une fois que votre chef sera tombé sur vos tweets vengeurs du vendredi soir !

Vous obtiendrez le même résultat en disant tout le bien que vous pensez de votre boite à un ou plusieurs de vos collègues, qui s’empresseront de faire parvenir le message aux oreilles de votre supérieur, sans oublier d’amplifier et de déformer vos propos au passage.

Autrement, vos amis, votre conjoint(e), votre chien sont là pour vous écouter. Évacuez votre stress et votre colère, puis passez à autre chose.

2. Prenez du recul et considérez toutes les solutions possibles

Certes, vous avez l'impression de vivre l'enfer et c'est peut-être le cas. Mais essayez de réfléchir intelligemment au problème : qu'est-ce qui cloche dans votre travail ? Est-ce votre patron, vos collègues, vos horaires, les clients, la routine ? Si ce qui vous pèse peut être amélioré, c'est une option à étudier avant de claquer la porte.

Laissez libre cours à votre imagination pour trouver des moyens de faire votre travail autrement. Demandez une mutation ou un changement d’affection, sur un projet qui vous motive un peu plus par exemple. Discutez avec votre patron - s'il n'est pas la racine du mal - et voyez ce qui pourrait être modifié dans votre poste. Un salaire plus intéressant ou des horaires plus adaptés peut être ?!

3. Souvenez-vous que cela reste temporaire

J'ai survécu à une époque détestable au boulot en m'accrochant à l'idée que je n'allais pas rester. Croyez-moi, c'est une puissante motivation, d'autant que cela vous donne l'impression de reprendre le contrôle sur votre vie. Vous allez trouver un meilleur job et crier à la face du monde - enfin, du bureau - ses quatre vérités !

4. Ne démissionnez pas tout de suite !

Vous avez le droit de fantasmer sur votre départ, drapé dans votre dignité, sous les regards envieux de vos collègues et de votre chef pleurant la perte d'un élément aussi indispensable... Dans la réalité, il est plus judicieux de préparer soigneusement votre prochain mouvement. Explorez toutes les opportunités, dressez la liste de ce que vous aimeriez, accepteriez, ne voudriez à aucun prix ; le tout discrètement. Mieux vaut attendre d'être sûr de vous pour annoncer publiquement votre décision !

5. Restez positif !

Je sais, c'est le cliché le plus horripilant que vous ayez lu. Néanmoins, cela peut vraiment vous aider. Aller travailler dans un état d'esprit positif ne vous fera pas passer une journée pire que les autres. Et, en attendant de changer de poste, il peut être intéressant de remplir votre mission actuelle au mieux. Prenez cela comme un défi !
Travail pourri n'est pas synonyme de vie ratée. Concentrez-vous sur votre temps libre, vos projets. Et laissez votre travail au bureau : vous y consacrez déjà 7 heures par jour, gardez le bénéfice du reste !

6. Sachez que vous n'êtes pas seul

Je connais très peu de gens qui n'ont jamais ressenti un ras-le-bol plus ou moins profond envers leur travail. Faites un tour sur Google et tapez "je hais mon boulot" (variante" je vais tuer mon boss"), vous serez rassuré. Le cas échéant, n'attendez pas la dépression pour vous faire aider. Aucun boulot ne doit vous mener aux frontières du suicide. Et n’ayez pas honte de consulter un spécialiste. Cela ne pourra vous faire que du bien !

7. Gardez le sens de l'humour !

Comme dans tous les aléas de la vie, savoir rire de vos déboires est d'une aide précieuse. Tenez un journal intime sur vos tribulations au travail, démarrez un roman plein d'exagérations, bref : transformez votre calvaire en source d'inspiration ! Essayez : c'est quasi jouissif ! Petit rappel tout de même : assurez-vous que vos collègues et votre patron n’en sachent rien, si vous ne voulez pas quitter votre emploi par la petite porte…

8. Programme de survie en attendant le grand jour

Si vous ne pouvez pas encore démissionner, tous les moyens sont bons pour tenir le coup. Instaurez une routine agréable dès le matin : lire un bon roman, vous balader dans la nature, écouter de la musique. L'important est que vous allez dorénavant vous lever pour cette activité et non pas pour partir au bureau.
Accordez-vous des pauses pendant la journée : cinq minutes de vidéos drôles sur YouTube, votre morceau de musique préféré au casque, un moment à rêvasser voire à somnoler. Le tout est de ne pas exagérer et de ne pas vous faire pincer ! J'ai même eu une patronne qui considérait qu'on était plus productif en s'accordant des moments de jeu durant le travail. C'était une fan absolue des jeux d'objets cachés sur PC !
Organisez des activités à l'extérieur avec vos collègues, s'ils ne sont pas la cause du problème évidemment. Il y a de grandes chances que certains partagent vos sentiments.

9. Démissionnez dignement

Dans la mesure où votre mal-être perdure et devient chronique, il vaut mieux changer de métier que de continuer à faire un travail que vous n’aimez pas. C’est une question de santé, comme le démontre cette étude scientifique.

Alors vous y êtes ! Vous en avez rêvé de ce jour de triomphe absolu, où vous entrez dans le bureau de votre chef pour lui annoncer que vous quittez sa boîte pourrie pour un vrai travail, où vous serez enfin reconnu et payé à votre juste valeur ! Vous avez peut-être même imaginé lui servir un discours enflammé, voire truffé de noms d'oiseaux, avant de partir en claquant la porte. Mais en réalité, la meilleure manière de démissionner est de le faire dans la dignité. Ne laissez pas vos collègues ou votre patron dans l'embarras, respectez le préavis. Votre estime de vous en grandira, sans compter que votre nouvel employeur pourrait bien demander à l'ancien ce qu'il a pensé de vous...

C'est gratuit !

Nos conseils et astuces dans votre boite mail
Entrez votre adresse email :


Laisser un commentaire

Choisissez un pseudo :
Votre email :
Pour recevoir les réponses à votre commentaire.