Partager

Se faire obéir par son enfant sans hausser le ton ni s’énerver

Aussi adorables soient-ils, nos enfants peuvent très vite se transformer en « petits monstres » lorsque notre autorité va à l’encontre de leurs désirs. Difficile alors de garder son sang-froid, d’autant plus quand les désaccords, voire les crises, se produisent plusieurs fois par jour. Si vous pensez encore que pour arriver à bout de la désobéissance de vos enfants, vous n’avez d’autres choix que de vous énerver ou de crier, cet article est pour vous ! En effet, perdre son calme est loin d’être la bonne solution pour se faire entendre. Il existe plusieurs techniques, imaginées par des psychologues et par des parents astucieux, qui vous aideront à faire passer vos consignes à vos enfants, et cela dans la joie et la bonne humeur. Voici donc quelques méthodes qui devraient vous permettre de vous faire obéir par vos enfants sans avoir à hausser le ton ou à vous énerver :

1. Adapter sa stratégie à l’âge de son enfant

Le premier critère à prendre en considération lorsque l’on souhaite être entendu par son enfant est assurément son âge. On aura beau considérer que l’énervement est un moyen universel de se faire obéir, il apparaît plus efficace d’apprendre à communiquer avec sa progéniture pour arriver à ses fins. Et pour ce faire, encore faut-il adapter cette communication à ses capacités de réflexion et donc, de compréhension et d’assimilation des ordres. Ainsi, on ne s’adressera pas de la même manière à un enfant de 4 ans qu’à son adolescent rebelle de 14 ans. Les ordres devront être plus simples et relever de l’apprentissage par le jeu avec les enfants en bas âges, tandis qu’ils auront tout intérêt à faire appel aux capacités de jugement pour les enfants pubères.

2. Maintenir un lien fort

Il est souvent oublié que l’obéissance d’un enfant dépend en grande partie du lien affectif tissé avec lui. C’est en effet celui-ci qui déterminera sa volonté de vous écouter ou non et de vous respecter. Plus serein et en confiance est l’enfant, et plus il sera enclin à se plier à vos demandes. En outre, établir une communication verbale régulière entre le bout ‘chou et vous sera tout aussi important. N’oubliez pas que votre enfant n’est pas un petit soldat !

3. Faire preuve d’empathie

Il ne s’agit pas ici de faire preuve d’une empathie démesurée et de tout céder à son enfant, mais d’instaurer un dialogue constructif entre vous pour comprendre sa position et les causes de son comportement réfractaire. C’est cette communication qui lui permettra souvent de réussir à mettre un nom sur les émotions qui le motivent à désobéir. Des sentiments non compris et difficiles à gérer peuvent être une cause du non-respect de vos ordres.

4. Solliciter ses capacités de raisonnement

Pour réussir à être obéi dans le calme, il est important de montrer à votre enfant que votre ordre n’est pas arbitraire, en lui en expliquant les tenants et les aboutissants. Votre explication devra, bien entendu, être adaptée à son âge. L’essentiel étant ici de faire appel, à différents degrés, à ses capacités de jugement. Rappelez-vous que votre enfant forge son aptitude à la réflexion et son pouvoir de décision tout au long de sa croissance. Il sera donc intéressant, aussi bien pour vous faire entendre que pour son développement, de l’amener à choisir de se plier à votre ordre plutôt que de l’y contraindre sans autre explication.

5. Donner des précisions

Une directive est parfois mieux suivie lorsqu’on en précise les détails à l’avance. Annoncer au préalable dans combien de temps il lui faudra éteindre la télévision ou quelle est l’heure du couvre-feu, permettra à votre enfant de se préparer à obéir et lui laissera entrevoir que votre ordre n’est pas complètement injuste, dans la mesure où il s’accompagne d’une autorisation (regarder la télévision encore 10 minutes, par exemple).

6. Aller à l’essentiel

Alors que des éclaircissements peuvent parfois être nécessaires, certains ordres devront, au contraire, être les plus concis possible afin d’être bien suivis. Il s’agit des recommandations récurrentes qui relèvent de l’éducation basique. Se laver les dents, mettre la table ou ne pas écouter la musique trop fort, sont autant de gestes quotidiens que l’on peine souvent à inculquer à son enfant. Pour en faire des automatismes au plus vite, après avoir expliqué votre directive une première fois, associez-lui un mot unique afin d’instaurer un lien mnémotechnique entre ce mot et l’ordre qui lui est associé. Par exemple, dites « devoirs », au moment où vous souhaitez qu’il commence à faire ses devoirs du soir. Vous serez surpris de voir votre enfant s’y conformer plus facilement.

7. Définir les priorités

Se faire obéir étant une activité laborieuse, il est important que vous choisissiez vos batailles en fonction de leurs enjeux sous peine que l’affluence d’ordres décourage votre enfant d’obéir. Privilégier le respect des mesures de sécurité (mettre sa ceinture de sécurité en voiture) sera ainsi plus important que de tenir sa chambre parfaitement rangée. À vous de déterminer ces priorités au quotidien pour soulager tout le monde !

Partagez avec nous

Et vous quelles-sont vos techniques et petites astuces pour amener votre enfant à vous écouter et à vous obéir ? Laissez-nous un petit commentaire !

C'est gratuit !

Nos conseils et astuces dans votre boite mail
Entrez votre adresse email :


Laisser un commentaire

Choisissez un pseudo :
Votre email :
Pour recevoir les réponses à votre commentaire.