Partager

Dépression ou simple fatigue passagère ? 10 signes qui doivent vous alerter

Vous vous sentez las, sans énergie, et d’humeur particulièrement maussade depuis plusieurs semaines ? Vous pensez que le temps gris et la mauvaise ambiance à votre travail y sont pour quelque chose, sans vraiment réussir à attribuer à cet état une cause bien définie ? Ouvrez l’œil, il ne s’agit peut-être pas d’une fatigue passagère ! Ces signes de tristesse et de ralentissement sont peut-être dus à un mal beaucoup plus grave : la dépression. Non, cette affection ne touche pas que les autres. Et elle ne constitue pas non plus une marque de faiblesse ou de folie ! La dépression est une maladie qu’il ne faut surtout pas prendre à la légère. La bonne nouvelle est que la dépression se soigne ! Et plus tôt l’affection sera traitée, plus facile sera la guérison. Encore faut-il savoir reconnaître les signes révélateurs de la maladie pour commencer à se soigner au plus vite.

Les signes de la dépression

- Tristesse insondable et durable

Le signe le plus évocateur de la dépression est celui d’une détresse morale si forte et persistante qu’elle empêche de vivre sa vie normalement. L’immense tristesse qui accompagne la dépression a également la particularité d’être dépourvue de causes apparentes et de s’accompagner de pleurs fréquents, d’une sensation de vide et d’une incapacité à se changer les idées.

- Grande fatigue et perte d’énergie chronique

La dépression provoque communément un ralentissement physique entraînant une fatigue considérable et une grande difficulté à accomplir les plus petites tâches du quotidien. Il semblera ainsi insurmontable à la personne en dépression d’effectuer des gestes simples tels que se laver, s’habiller, faire la vaisselle ou aller acheter du pain, par exemple.

- Perte générale d’intérêt

Une personne dépressive perdra généralement le goût à toutes activités, y compris aux plus plaisantes et à celles qu’elle aimait auparavant. La disparition de toute libido et le désintérêt pour ses hobbies favoris seront ainsi très fréquents.

- Attitude négative

Une attitude négative est couramment relevée chez les personnes souffrant de dépression. Elle se manifeste par une négativité constante, une auto-dévaluation permanente, ainsi qu’un sentiment de culpabilité et un ressassement des échecs du passé. Le patient dépressif ne ressent, de manière générale, plus aucun espoir.

- Troubles du sommeil

La dépression perturbe également le sommeil. Cela se manifestera soit par des insomnies, empêchant ainsi le sujet de dormir malgré sa grande fatigue, soit par des hypersomnies le poussant à dormir à longueur de temps sans pour autant lui permettre de recharger ses batteries.

- Ralentissement de la pensée

On observera souvent un ralentissement cérébral chez les personnes dépressives. Cet engourdissement de la pensée entraînera chez elles des difficultés à réfléchir, à prendre des décisions, à se remémorer de petites choses, et des difficultés de concentration. De même, le rythme de la parole de la personne malade s’en verra, lui aussi, ralenti.

- D’importants changements d’humeur

Bien qu’une infinie tristesse soit l’humeur prédominante chez l’individu dépressif, elle n’est pas la seule qui en soit symptomatique. Ainsi, cet abattement s’accompagnera souvent de d’autres expressions de douleur morale comme des sautes d'humeur, une irritabilité, une grande agitation et une forte anxiété. La personne sujette à la dépression pourra même se mettre dans des états de colère disproportionnés, voire devenir carrément agressive.

- Troubles de l’appétit

Cette affection induit souvent un rapport déséquilibré à l’alimentation. Pour certains, cela se manifestera par des crises de boulimie, la personne malade cherchant inconsciemment à combler l’immense vide qu’elle ressent par la nourriture. Dans d’autres cas, on pourra au contraire noter un désintérêt total pour celle-ci, conduisant à ne plus ressentir la faim et à moins s’alimenter.

- Des symptômes physiques inexpliqués

Le cerveau de la personne malade peut manifester sa souffrance par des symptômes physiques dépourvus de causes physiologiques et résistants aux médicaments. Il s’agit ici de symptômes psychosomatiques tels que des maux de tête, des douleurs persistantes au dos ou de l’eczéma.

- Pensées suicidaires

L’association d’une tristesse incommensurable et la disparition de tout espoir conduira certaines personnes dépressives à des pensées récurrentes de mort et de suicide. Ces pensées s’imposeront à elles sans relâche et les conduiront parfois à passer l’acte et tenter de mettre fin à leurs jours.

Réagir convenablement aux signes

Les symptômes précités doivent être autant de signaux d’alerte pour qui les constate sur lui-même ou sur un proche. Tout en gardant à l’esprit que la dépression se manifestant différemment selon les personnes, on ne retrouvera quasiment jamais l’intégralité de ces signes sur un même individu. C’est la persistance de ces symptômes pendant des semaines, voire des mois, qui constituera le meilleur indicateur de la dépression. Ainsi, n’en repérer que quelques-uns devra-t-être suffisant pour réagir et en parler au plus vite à un médecin. Il faut savoir qu’un sujet dépressif ne pourra espérer guérir qu’avec des soins adaptés. Sans eux, la dépression ira crescendo, exposant ainsi la personne dépressive à un mal et une auto-destruction croissants.

Le traitement de la dépression inclut généralement une thérapie suivie auprès d’un psychiatre et des soins médicamenteux (anti-dépresseurs et anxiolytiques). Ces soins sont obligatoires pour enrayer le développement de l’affection et réussir à s’en sortir.

 

C'est gratuit !

Nos conseils et astuces dans votre boite mail
Entrez votre adresse email :


Laisser un commentaire

Choisissez un pseudo :
Votre email :
Pour recevoir les réponses à votre commentaire.