Partager

Mariage : combien de temps faut-il passer avec une personne avant de se marier ?

Vous fréquentez quelqu’un depuis déjà quelque temps et c’est devenu une évidence : c’est l’homme ou la femme de votre vie ! Les yeux en cœur et des papillons dans le ventre, vous seriez bien tentés d’officialiser cette folle passion au plus vite. C’est certain, votre amour est si unique et absolu ! Mais alors que vous êtes sur le point de faire le grand pas, une petite voix dans votre tête vous murmure qu’il serait bon de réfléchir un peu et de ne pas précipiter les choses. Faut-il attendre encore, laisser le temps au temps ou pouvez-vous sans crainte céder à l’élan du moment ? Vos proches ont beau tous y aller de leur avis, vous sentez en votre for intérieur que la réponse n’appartient qu’à vous seuls. Mais encore faut-il être certain(e) de son choix et qu’il n’y ait plus de doute sur le fait qu’il est grand temps de s’engager.

Deux à trois ans, en moyenne, mais à chaque couple son timing idéal

Entre éléments objectifs et paramètres personnels, il existe toute une pléiade de points à ne pas négliger pour éviter autant que possible des regrets futurs voire, le divorce tant redouté !

Il n’existe aucune règle absolue pouvant nous assurer d’une durée suffisante de pré-engagement. Certains mariages hâtifs peuvent ainsi durer toute la vie alors que d’autres, mûrement réfléchis, s’écrouler comme un château de cartes en à peine quelques mois. Toutefois, il semble, de manière générale, qu’il soit plus sage d’attendre la fin de la phase passionnelle avant de décider de se passer la corde au cou. Les spécialistes du couple estiment que celle-ci durerait entre 2 jours et 26 mois et correspondrait souvent à une période d’aveuglement amoureux où les intéressés n’ont pas éprouvé leur couple dans des conditions « normales ». Ainsi, pour beaucoup, il apparaît raisonnable de ne pas s’engager avant 2 ou 3 ans de relation. D’autres affirment que 1 à 2 années peuvent suffire à faire le tour de la question. Il sera cependant essentiel de considérer au préalable les poids émotionnels, psychologiques et pécuniaires d’un éventuel échec. Or, c’est bien dans la subjectivité et la considération toute personnelle de sa situation affective que se trouvera la juste réponse.

Selon le thérapeute de couple Ian Kerner, l’important sera d’avoir une certaine expérience de la vie commune avec son partenaire, de bien connaître son entourage, de s’être fréquentés dans une multitude de contextes différents et surtout, de savoir comment l’on gère ensemble la résolution des conflits, chose qui peut s’être produite en seulement un an. Bien entendu, un sentiment primordial doit découler de cette pluralité d’expériences : avoir la certitude que l’on est fait l’un pour l’autre !

Tammy Nelson, thérapeute de couple et sexologue, considère elle aussi que c’est dans la bonne gestion des conflits et la qualité de la communication que se situe le secret d’un mariage réussi. Mais plus encore, il s’agira de s’être montrés sous son vrai jour et d’avoir été parfaitement honnête avec l’autre pour décider de se lancer.

La culture de chacun, leur sentiment d’être prêts et l’histoire du couple font de chaque relation un « partenariat » unique et devront également contribuer à définir le délai raisonnable pour se marier.

Ce qu’il faut retenir

De manière générale, il serait bon d’attendre la fin de la passion (2 ou 3 ans) avant de prendre la décision d’épouser l’objet de son amour. De même, il faudrait bien avoir conscience de l’augmentation des risques d’échec d’un mariage trop hâtif et de ses conséquences néfastes.

Ce sont cependant les critères subjectifs qui seront prépondérants dans l’évaluation de son timing idéal et qui pourront en réduire, comme en allonger, la durée. Il s’agira :

  • D’avoir l’expérience de la vie commune ensemble.
  • De bien connaître les proches de son/sa partenaire.
  • D’avoir vécu et surmonté épreuves et conflits.
  • D’avoir une bonne communication.
  • De s’être montrés sous son vrai jour.
  • De prendre en considération l’histoire de son couple (infidélité, rupture, intermittence ou continuité dans la fréquentation de l’autre).
  • Que chacun se sente prêt et certain de sa volonté de lier sa vie à l’autre !
C'est gratuit !

Nos conseils et astuces dans votre boite mail
Entrez votre adresse email :


Laisser un commentaire

Choisissez un pseudo :
Votre email :
Pour recevoir les réponses à votre commentaire.