Partager

Chantage à la Webcam : tout ce qu’il faut savoir sur cette arnaque

Le chantage à la Webcam fait des milliers de victimes par an et cette escroquerie d'un nouveau genre laisse les personnes piégées dévastées par la honte, en plus d’avoir été détroussées de leurs économies. Il faut dire que pour arriver à leurs fins les escrocs usent de patience et rivalisent d’ingéniosité. Cependant, il est tout-à-fait possible d'éviter de se retrouver piégé par ces individus malveillants et de ne pas en subir les conséquences dramatiques. Grâces aux informations pratiques et aux conseils que vous trouverez sur cette page, vous serez en mesure de reconnaitre ce type d’escroquerie et de vous en prémunir. Vous saurez également quelles sont les démarches nécessaires à faire pour vous défendre si vous êtes victime d’un chantage à la Webcam.

Suivez le guide !

Fonctionnement de l'arnaque à la Webcam

L’arnaque du chantage à la Webcam commence généralement par une discussion anodine (tchat) via un site de rencontre, sur Skype ou sur un réseau social. L'arnaqueur, appelé brouteur, y possède un profil de femme ou d'homme au physique attirant, souhaitant faire des rencontres. Il entre alors en contact avec sa victime, lance une conversation avec elle et la met à l'aise en continuant à entretenir discussion pendant plusieurs jours, voire plusieurs semaines ou plusieurs mois.

Lorsque la confiance s’installe et les échanges se font plus intimes, l’arnaqueur lui propose d'activer sa Webcam. C'est à ce moment-là qu'il invite sa proie à se déshabiller devant sa caméra, et en profite pour enregistrer toute la scène. Par la suite, il lui révèle sa véritable identité et lui annonce qu'il a tout enregistré sur son ordinateur. Il explique alors à la personne qu'elle va devoir payer, si elle ne veut pas que ces images se retrouvent sur Internet ou qu'elles soient envoyées directement à ses proches et à ses collègues. La victime se rend finalement compte qu'elle a été piégée et elle croit, à tort, qu'il ne lui reste plus qu'une chose à faire pour que ces images ne soient pas divulguées : payer.

Comme vous pouvez le deviner, les sommes demandées sont loin d’être négligeables et doivent être réglées rapidement par mandat cash, généralement à destination d’un pays d’Afrique.

A présent que vous connaissez le déroulement d’un chantage à la Webcam, vous devriez être sur vos gardes. Voyons tout de même quelques consignes de sécurité et des moyens de s’assurer de ne pas se faire avoir.

Se protéger du chantage à la Webcam

Le premier conseil, et certainement le plus judicieux qu’on puisse vous donner, c’est de ne jamais vous mettre à nu ou de vous déshabiller devant une Webcam. Le deuxième étant de ne pas transmettre de photos ou de vidéos intimes et compromettantes de vous. Et cela peu importe que vous connaissiez bien la personne ou non.

En outre, pour vous protéger d’un éventuel chantage, il ne faut pas accepter les invitations de personnes que vous ne connaissez pas sur les réseaux sociaux. En acceptant que des inconnus entrent dans vos cercles d'amis, vous courrez le risque d’exposer des informations personnelles, telles que le nom de vos amis, leurs e-mails ou encore le nom de l'entreprise pour laquelle vous travaillez. Ce qui leur permettra de vous faire chanter. Ne négligez pas non plus le réglage de vos paramètres de confidentialités sur les réseaux sociaux. Ceci afin qu'aucun maitre-chanteur ne puisse avoir accès à vos informations personnelles et à vos photos.

Savoir reconnaitre un brouteur s’avère aussi très utile. Ces escrocs possèdent de faux profils et utilisent des photos trouvées sur Internet pour leur avatar. Vous pouvez donc analyser la photo de profil de la personne avec laquelle vous communiquez en la testant sur Google Image. Si cette photo apparaît sur d'autres sites ou qu'il s'agit de la photo d'une célébrité, méfiez-vous. En outre, la majorité des brouteurs sont des hommes résidant en Afrique, leurs conversations seront en général truffées de fautes d'orthographe. Ce qui devrait vous mettre la puce à l'oreille. Sachez également que les brouteurs font d’habitude partie d'un réseau, et que vous ne communiquerez pas toujours avec la même personne. Un interlocuteur qui se contredit fréquemment, qui vous affirme un jour habiter à Paris et qui vous dit qu'il réside à Nice quelques jours plus tard, est le signe que vous devriez couper court à la conversation.

Que faire lorsqu'on est victime de chantage ?

Vous êtes tombé dans les filets d'un maître-chanteur ? Vous ne devez surtout pas vous affoler. Gardez votre calme et agissez rapidement, comme indiqué ci-dessous, pour limiter les actions de la personne qui vous fait chanter.

Avant toute chose, il ne faut pas céder au chantage et il ne faut surtout pas verser d'argent à l’escroc. Cela ne servira à rien et ne fera qu’aggraver votre situation

Si ce n’est déjà fait, il est primordial de verrouiller les paramètres de confidentialité des réseaux sociaux (Facebook, twitter …) sur lesquels vous possédez un compte. Ceci afin qu’aucune personne extérieure ne puisse y accéder et contacter votre entourage.

Ensuite, il faut signaler l’escroc à travers le site du Ministère de l'Intérieur en vous rendant à cette adresse : www.internet-signalement.gouv.fr. N'oubliez pas de faire des captures d'écran des messages et de sauvegarder les discussions, afin d’avoir des preuves contre le brouteur.

Une fois que vous aurez signalé l’incident sur le site dédié du Ministère de l'Intérieur, prévenez votre famille et vos proches que vous avez été victime d’un chantage, tout en leur indiquant qu'ils ne doivent pas ouvrir ou partager les messages vous concernant en provenance d'inconnus.

Si vous vous rendez compte qu’une vidéo ou des images compromettantes vous concernant ont été diffusées sur Internet (sur YouTube ou Dailymotion par exemple), vous pouvez demander qu’elles soient supprimées. Pour ce faire, allez sur le site en question (Youtube, Dailymotion ou autre) et localisez le formulaire permettant de signaler un abus.

Au bout d’un mois ou deux, et si la vidéo n’a toujours pas été retirée, prenez contact avec la CNIL, en remplissant le formulaire de plainte qui se trouve à cette adresse : https://www.cnil.fr/plaintes.

N’oubliez  pas aussi de faire régulièrement des recherches sur Google, Yahoo ou encore Bing afin de vérifier si la vidéo est présente sur ces moteurs de recherche. Auquel cas, vous pouvez demander aux moteurs de recherche de la désindexer.

Pour finir, et en dernier recours, vous pouvez faire appel à des nettoyeurs du net. Ce sont des sociétés spécialisées en e-réputation et qui se chargeront de supprimer tout contenu nuisible pour vous, moyennant finances.

C'est gratuit !

Nos conseils et astuces dans votre boite mail
Entrez votre adresse email :


Laisser un commentaire

Choisissez un pseudo :
Votre email :
Pour recevoir les réponses à votre commentaire.