Partager

Acheter de la marque c’est mieux, mais uniquement dans votre tête

« Si, a 50 ans, on n’a pas une Rolex, on a quand même raté sa vie » cette phrase de Jacques Séguéla  est devenue culte, tout en faisant au passage une belle publicité à la célèbre marque de montres.

Mais est-ce que dépenser de grosses sommes d’argent pour se payer des marques de luxe vous apporte réellement quelque chose de plus ?

Vaut-il mieux acheter une Rolex qu’une Casio ?  Acheter un jean à 100 ou à 30 euros ? S’offrir un sac-à-main de luxe ou s’orienter vers quelque chose de pratique et pas cher ?

Pour les scientifiques la différence est dans votre tête.

Quand votre cerveau vous fais croire que c’est meilleur

A travers plusieurs expériences scientifiques, il a été démontré que la valeur procurée par les marques de luxe réside surtout à l’intérieur de la tête du client.

C’est ainsi que lors d’une étude, on a pu observer que les ventes de collants auprès des femmes ont augmenté lorsque le distributeur a fait passer le prix de 1$ à 1,4$, c’est-à-dire en les vendant un peu plus cher. Ce nouveau prix, plus élevé, a été interprété par les femmes comme un indicateur de la bonne qualité des collants.

Il apparait ainsi qu’un prix élevé change notre manière de juger un produit ou un objet.

Selon une étude scientifique, lorsque le cerveau est confronté à un produit qui coûte cher, sa région liée au plaisir par l’expérience est stimulée. Autrement dit, à chaque fois que vous achetez quelque chose de cher votre cerveau vous fait croire que c’est meilleur même si c’est vraiment loin d’être le cas.

C’est valable aussi bien pour un vêtement que pour une bouteille de vin ou un plat dans un restaurant.

Deux jeunes Allemands ont pu le vérifier en menant une petite expérience, aussi drôle qu’édifiante, et qui consiste à proposer un menu acheté au McDonald’s du coin, à la dégustation dans une foire pour des produits alimentaires de luxe supposées être de grande qualité (bio).

Résultat, les experts assistant à la foire et ayant goûté au sandwich McDonald’s, l’ont qualifié de « frais », « naturel » et « savoureux ». Le seul fait de croire que c’était plus cher a totalement altéré leur jugement.

Vous pouvez visionner la vidéo de cette petite expérience ci-dessous (c’est plus parlant en activant les sous-titres et la traduction en Français) :

Sources

“Marketing actions can modulate neural representations of experienced pleasantness”, (lien).

“Price as an Indicator of Quality”, (lien)

C'est gratuit !

Nos conseils et astuces dans votre boite mail
Entrez votre adresse email :


Laisser un commentaire

Choisissez un pseudo :
Votre email :
Pour recevoir les réponses à votre commentaire.